LA TRILOGIE L.R.T. – VOLET 2 : ROUBAIX, MA VILLE – 2 EME PARTIE

      

       La seconde partie du film/photos consacré à Roubaix s’est comme la première construite avec plus de 400 photos. Au terme de mon dérushage, j’en ai conservé 228. Encore une fois j’ai très peu retouché les images. Trois ont été recadrées, c’est tout.

      J’ai à nouveau travaillé en privilégiant le mode Tv [priorité vitesse] : augmentant toujours la vitesse d’obturation du diaphragme afin de réduire la quantité de lumière captée par l’objectif et augmenter la profondeur de champ, mais aussi pour accentuer le bleu du ciel car je lui donne une place importante dans mes clichés.

       Comme pour les précédents films, j’ai cherché à faire des images où il y a peu de monde et ceci pour trois raisons :

  • Insister sur le fait qu’il s’agit bien de randonnée et non d’une simple promenade et tout le monde sait bien qu’on rencontre peu de monde sur les sentiers en général sauf sur ceux qui attirent du monde pour diverses raisons comme le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ou le GR 20 qui traverse la Corse du Nord au Sud.
  • Garder à l’esprit que les lieux traversés sont intimement liés à la rêverie. Je ne les aborde pas avec une volonté documentaire mais les envisage comme des reflets de mon imaginaire et de ma pensée. Aussi les considère-je avant tout comme des traces et des signes de ma vie intérieure et ne vise aucun réalisme.
  • Enfin, je poursuis également une démarche de portraitiste et je cherche à extraire du monde qui m’entoure des figures humaines ancrées par le déclic photographique dans un “instant d’éternité”. Ce qui compte alors pour moi c’est de fixer un “instant d’humanité”.
LA TRILOGIE L.R.T. : ROUBAIX, MA VILLE – PARTIE 2

2 commentaires pour “LA TRILOGIE L.R.T. – VOLET 2 : ROUBAIX, MA VILLE – 2 EME PARTIE

  1. Bonjour Christophe! L’absence d’etres humains dans tes photos est un peu angoissante (les aliens sont-ils passés par Roubaix?), mais j’aime beaucoup tes choix de sujets et d’angles. Bravo! Arielle

    1. Merci Arielle de ton soutien. Je précise que mon choix de montrer peu d’êtres humains dans les photos répond aussi à mon désir de mettre en valeur les rares portraits que j’inscris dans les films/photos : des dizaines de photos de lieux fruits de l’activité humaine mais dans lesquels l’homme est très peu présent, comme si l’humain s’était retiré de ce qu’il avait fait pour une raison inconnue et tout à coup une figure humaine au détour d’une photo, un concentré d’humain dans un monde qui lui est devenu étranger. La place de l’individu dans son monde est au cœur de ma démarche. Et je trouve que nous sommes de plus en plus éloignés du monde que nous habitons. Les aliens, c’est nous. Alors quand apparaissent des portraits humains ils sont pour moi comme des bouées de sauvetage auxquelles se raccrocher. Alors oui, cela peut être angoissant, je le reconnais car c’est le reflet de ma propre angoisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :