ÉVOCATION 10 : DES AGENTS TRÈS SPÉCIAUX [1964 – 1968]

Robert Vaughn [1932 – 2016] alias Napoléon Solo et David McCallum [1933 – ] alias Illya Kuryakin

     Voilà une série dont j’avais entendu parler depuis fort longtemps, mais ce n’est que très récemment que j’ai pu la découvrir en DVD. Sur les 105 épisodes tournés, je n’ai vu que les 30 premiers en noir et blanc. Les suivants seront en couleur.

     « Des agents très spéciaux » [The man from U.N.C.L.E.], 1964/1968, raconte les missions de deux super espions, le tombeur de ces dames, Napoléon Solo et le Russe Illya Kuryakin, auquel reviennent toujours les parties ingrates des missions [C’est un Russe et dans les années 60 ça veut dire Union Soviétique, communiste, Rouge, révolutionnaire, pas vraiment pote avec l’oncle Sam]. Mais Napoléon et Illya forment un duo efficace au service de l’organisation internationale de lutte contre le Mal U.N.C.L.E.

    

Léo G. Carroll, 1886 – 1972

     Si pour leur chef, Alexander Waverly [Léo G. Carroll], Illya Kuryakin est d’abord un exécutant aux ordres du patron, Napoléon Solo est considéré avec plus d’égards. Waverly lui demande souvent conseil. Mais Napoléon n’est pas toujours très avisé et ses idées conduisent parfois les missions au fiasco. Les duettistes de l’espionnage savent cependant retomber sur leurs pattes et tout se termine toujours bien. Ce n’est pas encore « Amicalement vôtre » mais on est déjà dans de la “buddy série”.

     La série a été lancée avec un générique qui mettait l’accent sur la présentation des personnages ( La mise en scène faisait en sorte qu’ils se présentent eux-mêmes ). Mais très vite ce générique trop long, trop lent, lassait.

” Des agents très spéciaux “, premier générique, 1964

     Les scénaristes se sont mis au travail pour élaborer une formule générique plus percutante, plus dynamique, plus orientée vers l’action. On ne parle plus, on flingue. C’est peut-être plus accrocheur mais la formule est éprouvée voire classique. Une chose est sûre le nouveau générique est au moins deux fois plus court que le précédent. C’est pourquoi j’ai choisi de vous présenter les quinze premières minutes d’un épisode introduit par ce nouveau générique. Bien sûr je n’ai pas procédé par tirage au sort pour déterminer l’épisode. D’abord je l’ai remarqué pour sa longue introduction durant laquelle il n’y a aucun dialogue et ensuite je l’ai retenu parce qu’y apparaît un acteur qui m’est cher : Kurt Russell [1951 -], l’alter ego du réalisateur John Carpenter [ Halloween, 1978 – New York 1997, 1981 – The thing, 1982…].

     Quand il tient le rôle qu’on lui confie dans l’extrait de l’épisode qui suit, il n’a que quatorze ans mais déjà une grande expérience et une véritable maîtrise du jeu devant la caméra. Il faut dire que son père avant lui a tenu le rôle du shérif adjoint dans la série “Bonanza” durant quatorze années. Chuck lui-même n’est pas en reste puisque dès l’âge de dix ans on le voit tenir de nombreux rôles dans la série “Le fugitif”.

Des agents très spéciaux – Saison 1

Un commentaire pour “ÉVOCATION 10 : DES AGENTS TRÈS SPÉCIAUX [1964 – 1968]

  1. Merci…je découvre aussi cette série et il me plairait de pouvoir visionner quelques épisodes en VO 😉
    Un peu de quatrième dimension, d’un futur M pour “briefer” ses agents….et un Jeune acteur, Christophe…tiens ?
    A noter le bruitage en début d’épisode proposé (les pas) et ce bout de sparadrap pour maintenir en place les lunettes du scientifique…..Merci……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :