LE TRUC BIZARRE : LE CAUCHEMAR

Détail : Ceci n’est pas la célèbre jument de Michao

     Qu’est-ce qui s’oppose au rêve ? Le cauchemar !

     De nombreuses voix s’élèvent pour affirmer que ce n’est qu’un mauvais rêve. Mais ne serait-il que ça ? Non, il est tout autre chose. Il est l’autre versant de l’onirisme, celui qui met en scène la peur, l’angoisse, l’altérité et l’ inquiétante étrangeté.

     Le cauchemar est un monde à part entière comme le rêve. Un monde qui ouvre un accès vers le réel. Un monde qu’il nous faut appréhender avec notre conscience pour enrichir notre expérience de la réalité.

“Le cauchemar”, Johann Heinrich Füssli, 1782

     Rêve et cauchemar, de mon point de vue, ne s’opposent pas mais constituent deux lectures possibles du monde, deux lectures intimement liées, l’une embellit, l’autre effraie. Toutes deux donnent à nos perspectives des angles de vue extrêmement différents. Toutes deux interrogent l’évidence de ce que nous percevons et remettent en cause l’authenticité de la réalité.

     Revenons à l’huile sur toile de Füssli, “Le cauchemar” et je vous invite à visionner cette petite vidéo à caractère explicatif. Certes, c’est une approche bien scolaire, mais elle a le mérite de la clarté et de la simplicité. Je l’ai légèrement remontée afin d’axer uniquement ce contenu sur l’analyse du tableau pour qu’il nourrisse votre réflexion indépendamment de ses conditions d’énonciation.

Lire “Le cauchemar”

     Si l’envie vous prend d’explorer la question du rapport entre le réel et sa perception, je vous propose de voir ou de revoir le film de Ken Russell «Au-delà du réel » [Altered states], 1980, avec les expériences hallucinatoires en caisson d’isolation sensorielle d’un anthropologue qui cherche à comprendre les origines de l’apparition de la vie.

“Au-delà du réel [Altered states], Ken Russel, 1980

Un commentaire pour “LE TRUC BIZARRE : LE CAUCHEMAR

  1. Merci.
    Encore une opportunité de découverte ; celle d’une toile de Füssli, puis d’un film “au delà du réel” de Ken Russel, tous deux m’étaient inconnus.
    L’obscurantisme versus la philosophie des lumières, des époques, des regards et des approches concernant aussi la propagation de la connaissance via une activité mentale (pathologique ?) dont pourrait faire partie le rêve…Investigation ambitieuse et savamment choisie une fois encore.
    C’est donc une présentation très intéressante ici proposée et partagée grâce à Chris Albertine.
    Puis sur cette toile, un clair-obscur qui renchérit les effets à tous points de vue (terme quasi synergique pour le cinéma et la peinture)….de perspective, de dramatisation et d’interprétation.
    Du noir, du blanc puis une pénombre en guise de passerelle à effet de contraste (clair obscur), peinture ou cinéma, la question de mise en “Art” est investie ici, n’est-ce pas ?
    Ces éléments de richesse et d’appropriation d’univers aussi impénétrables que sont, entre autres, les mystères du rêve et du réel, ou de la vie plus simplement, nous permettent un voyage inattendu, conforté par une bande son très opportune.
    Le rêve ou/et le cauchemar ? Question de dimension…..L’un n’existe il point juste sans l’autre ?
    Enfin du point de vue purement anecdotique (puisque la bande son du film est en anglais), la question d’un parallèle possible entre le titre du film ” altered states” et “united states” se pose…..dans une toute autre dimension biensûr, du moins de mon point de vue 😉
    picasiestsimplesite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :