ÉVOCATION n°17 : L’HOMME INVISIBLE [ 1975 ]

David McCallum (1933…)

     La série a été interrompue après seulement 13 épisodes. Il est vite apparu aux scénaristes que narrer les actions d’un homme invisible était source de multiples difficultés et nuisait grandement au rythme des films.

     Pourtant je trouvais ce personnage fort sympathique et plein de gentillesse. C’était un homme invisible toujours animé de bonnes intentions, sobre, non violent, respectant les prescriptions de la société dont il défend les valeurs, sans jamais les interroger. Aussi, est-ce un homme invisible docile qui voit en son invisibilité une malédiction à laquelle il cherche à mettre fin en retrouvant sa visibilité, c’est-à-dire en redevenant  un être social parfaitement intégré dans le système. L’invisibilité n’est pas vue dans cette série comme un changement d’état capable de transformer un être humain  en une créature dotée d’une capacité spécifique qui le rend apte à agir selon son bon désir en totale impunité. L’homme invisible McCallum obéit au doigt et à l’œil aux mots d’ordre que lui sont attribués par le système qu’il défend et protège en utilisant son invisibilité.

     Lorsque j’ai découvert cet homme invisible là, j’étais presque encore un enfant et je n’ai aucunement imaginé qu’il pouvait exister un lien entre l’invisibilité et le mal. Il a fallu que je découvre quelques temps plus tard le roman original écrit par H.G. Wells en 1897 pour comprendre à quel point je m’étais fourvoyé. En effet, dans le roman du père de la SF, cette propriété d’invisibilité humaine agit sur le caractère de celui qui en hérite. L’invisibilité amplifie et dénature en les accentuant les traits de caractère de celui qui devient invisible. Ainsi, Griffin, le personnage invisible du roman de Wells est un individu caractériel et misanthrope et son invisibilité va le rendre fou et criminel.

     Cette idée d’amplification des tendances de quelqu’un qui va de pair avec l’invisibilité et l’amène à un comportement pathologique sera reprise dans le film de James Whale en 1933 et plus tard dans “Hollow man, l’homme sans ombre ” de Paul Verhoeven en 2000.

     En revanche, John Carpenter se plie aux exigences des producteurs hollywoodiens et présente un personnage fort proche du Daniel Westin de la série de 1975 dans son film ” Les aventures d’un homme invisible “, 1992.

     Étrangement, je n’ai découvert la série britannique de 1959 que très récemment. C’est en la visionnant que j’ai décidé de revoir la série avec David McCallum. Dans les deux cas, nous avons affaire à un homme invisible au service du système avec un personnage qui cherche à retrouver sa visibilité et échapper ainsi à la malédiction.
 

Melinda O. Fee [1942 – 2020], la femme de l’homme invisible

     Il fallait se demander ce que représente l’invisibilité. Et le premier constat qui allait de soi, c’est que l’invisibilité libère de la culpabilité. Cette capacité permet avec beaucoup de facilité d’accomplir un certain nombre d’actes que la société réprime habituellement : vol, voyeurisme, meurtre… En moins de deux on se dit que l’invisibilité permet d’accomplir tout ce que la société interdit. Dans un modèle freudien, l’invisibilité est une “image” de la pulsion, une image du “ça”.

     L ‘invisibilité s’avère anti-sociale par nature (comme le serait l’immortalité). De ce point de vue, elle apparaît comme l’exact opposé de la notion de transparence. Et l’on voit immédiatement pour quelle raison. Si un être invisible peut tout se permettre sans encourir  le risque d’être vu des autres, la transparence, au contraire, assure que l’on peut tout savoir de vous sans même que vous vous en rendiez compte. L’idéal d’une société complètement numérisée, dont le corollaire trompeur serait : ” je  suis honnête, donc je n’ai rien à cacher “. Et tout le monde sait à quel point cet adage est absolument infondé. Le modèle de la transparence est intimement lié à celui de la culpabilisation qu’on peut ainsi résumer : Tout être, dès qu’il sera humain, ne pourra jamais satisfaire la figure de la transparence car en tant qu’être humain il est formé d’une part claire, visible, présentable, quantifiable, évaluable… et d’une part d’ombre, secrète, intime, peu avouable, inconsciente…

     Pour que le modèle de la transparence puisse être mis en œuvre, il est nécessaire de réduire à néant cette part d’ombre propre à chacun. Une première étape consiste à faire de la personne un individu, c’est-à-dire une unité entièrement calculable et quantifiable. C’est ainsi que procède la société contemporaine, par un utilitarisme mathématique qui réduit l’homme à une donnée évaluable dans un système d’équations [système d’équations qui résume une idéologie]. La transparence est la face cachée du contrôle intégral. C’est donc le contraire de la vie dans le sens où vivre, c’est créer, c’est-à-dire laisser advenir à l’existence des éléments qui s’enracinent dans notre part d’ombre sans pouvoir évaluer, quantifier et contrôler ce qui leur donne naissance.

     Autrement dit, pour créer, il est nécessaire d’associer à la pensée consciente un réservoir d’inconnu, de secret, de mystère… Une part d’ombre en somme qui saura tirer partie de notre pulsion. Aussi, la possibilité de l’invisibilité présuppose l’humanité, c’est pourquoi le déraillement vers la folie et la violence restent possibles. Au contraire, la transparence interdit toute humanité. Un individu ne peut pas au sens strict être un artiste.

2 commentaires pour “ÉVOCATION n°17 : L’HOMME INVISIBLE [ 1975 ]

  1. Une série qui aura laissé dans nos mémoires beaucoup d’interrogations….nous étions encore jeunes…
    Cette forme de ”monstruosité” liée à quelque innovation scientifique au moment me fait simultanément penser à Hulk, et aux masques…..des missions impossibles….
    Ces séries avaient un impact que j’ai perdu depuis avec les séries télévisées plus récentes….
    Merci Letigredeau pour nous permettre ce voyage dans le temps ainsi commenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :